L’apparence d’une nouvelle force politique sur la scène sahraouie

Partager sur les réseaux sociaux

Plus d’une centaine de cadres, d’anciens officiers et d’anciens hauts responsables du Polisario, es fils des chefs des tribus sahraouis pendant la période coloniale espagnole, et en outre des étudiants universitaires et un grand nombre de militants des droits de l’homme, ont décidé de créer un nouveau cadre politique indépendant sous le nom de “Sahraouis pour la paix “.
Les personnes impliquées dans ce cadre comprennent des représentants de la communauté sahraouie de l’intérieur et de l’extérieur du territoire , en plus des camps de réfugiés sahraouis, ainsi que des membres de l’Initiative sahraouie pour le changement, qui est la dernière tendance politique qui a tenté pendant plus de deux ans d’exiger des réformes à l’intérieur du Front Polisario, jusqu’à ce qu’elle finisse comme les autres Des tentatives de réforme précédentes, en se heurtant à “l’intransigeance et l’arrogance d’une direction faible et impuissante, mais à l’aise avec une situation qu’elle a créée, dominée par l’autoritarisme, la tyrannie et la non-démocratie”, explique la déclaration fondatrice de “Sahraouis pour la paix”.
Pour les défenseurs de cette approche, il s’agit “d’une expérience sans précédent qui rompt l’ancien modèle inclusif et radical du Polisario, et cultive une culture de diversité politique et de pluralisme partisan dans une société sahraouie qui faisait défaut pour atteindre le niveau de progrès et de modernité du XXIe siècle”.
Mais surtout, “c’est une option politique qui mise sur des solutions pacifiques et aspire à occuper sa place méritée en tant que nouvelle référence politique motivée par un désir sincère d’influencer positivement et de participer de différentes visions à la recherche d’une solution compatible, durable qui mettrait fin au problème du Sahara occidental”, ajoute le document.
À cette fin, le Mouvement sahraouis pour la paix a l’intention de contacter les Nations Unies, l’Union africaine et l’Union européenne, ainsi que les gouvernements de l’Espagne, du Maroc et du Front Polisario, l’Algérie, la Mauritanie, la France et les États-Unis d’Amérique.
La nouvelle force politique a l’intention d’organiser son premier congrès ou conférence dans un délai ne dépassant pas 24 mois. Pendant cette période, il sera géré par un comité politique composé de treize (13) membres, avec un comité de six (6) conseillers, qui débuteront leurs réunions dans les prochaines heures via les moyens de communication électroniques.

22 avril 2020
Comité d’information et de communication du MSP

Partager sur les réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *