Hach Ahmed Baricalla : “La déclaration de guerre du Polisario est une grande erreur”

Partager sur les réseaux sociaux

Le Secrétaire Général du Mouvement Sahraoui pour la Paix donne une interview pour parler des erreurs du Front Polisario et de l’avenir du conflit du Sahara occidental Ignacio Ortiz

Hach Ahmed Baricalla, secrétaire général du Mouvement Sahraoui pour la Paix (MSP), donne une analyse de l’organisation dont il est membre, qui cherche une solution réalisable et pacifique au conflit qui dure depuis des années au Sahara occidental, surtout après l’importante initiative des Etats-Unis de soutenir la formule d’autonomie pour la région sahraouie sous la souveraineté du Maroc.

Après plusieurs mois depuis sa création, quelle est la situation actuelle du MSP et quel est votre bilan de ces mois à la tête du Mouvement ?

Le Mouvement s’est implanté dans de larges secteurs de la population, notamment sur le territoire, dans les camps de réfugiés et dans la diaspora. En moins de six mois, nous avons organisé notre congrès fondateur avec la participation d’un très grand nombre de délégués et de coordinateurs et des groupements ont été créés dans de nombreux endroits. Le discours du MSP, son engagement en faveur du compromis, a été bien accueilli par le public. Elle a suscité un grand intérêt auprès d’une majorité silencieuse qui ne se reconnaît pas dans les positions irréconciliables des parties adverses.  Elle a également fait l’objet d’une large publicité au niveau international et dans les médias. D’une manière générale, le résultat est satisfaisant, surtout si l’on considère les conditions de la pandémie et le confinement universel dans lequel nous vivons.

Au cours de ces mois, de nombreux épisodes remarquables se sont produits dans le cadre du conflit, quelle est votre évaluation de la déclaration de guerre du Polisario et quelle est la position du MSP ?

Dès le début, nous avons considéré que c’était une grande erreur. Il s’agissait d’une décision impulsive basée, en outre, sur une excuse maladroite et mal calculée. La crise autour d’El Guerguerat a fait perdre au Polisario des positions stratégiques pour rien. 

Sommes-nous confrontés à une guerre virtuelle, où la visibilité sur les réseaux sociaux est plus importante que les faits ?

Elle a fait plus de bruit dans les réseaux sociaux que d’effets sur le terrain.  Si, en outre, le but était d’alarmer et d’attirer l’attention de la communauté internationale, ni le Conseil de sécurité des Nations unies ni l’UA n’ont manifesté d’intérêt. Le fait que la MINURSO soit toujours présente sur ses positions est une autre preuve que la guerre n’est pas telle. A notre époque, il est impossible qu’il y ait des combats ou même de simples escarmouches sans images corroborâtes. En tout cas, je pense qu’elle touche à sa fin.Hach Ahmed Baricalla

L’autre point fort de l’actualité récente est la reconnaissance de la souveraineté du Maroc sur le Sahara par les Etats-Unis. Quelle est votre opinion sur ce fait ?

Ce n’est certainement pas un fait insignifiant. Certains prédisent que l’administration Biden pourrait faire marche arrière. Je ne pense pas que la question ait eu un impact tel sur l’opinion publique américaine ou qu’elle ait suscité une controverse si forte qu’elle ait obligé la nouvelle administration à faire marche arrière. Pour le reste, elle est conforme à ce que Washington préconise depuis 2007, lorsque le Maroc a soumis sa proposition autonome au Conseil de sécurité. Bien sûr, l’engagement de la première puissance mondiale envers la proposition marocaine comme point de départ pour la solution du problème du Sahara occidental n’est pas une question banale. Au contraire, je crois qu’elle marquera l’évolution des événements à partir de maintenant.

L’ouverture de nouveaux consulats au Sahara est un autre fait remarquable, les États-Unis pourraient être le prochain. Le temps est-il encore perdu pour une solution pacifique et négociée ?

Nous avons perdu du temps pendant longtemps. Ces trente années depuis le début du cessez-le-feu ont été du temps perdu. Il est temps de réaliser que le temps ne joue pas en notre faveur. Au lieu de continuer à se traîner derrière des sophismes et des projets impossibles, il est temps de lire le contexte historique avec un minimum de bon sens et de se concentrer sur les opportunités qui sont peut-être à portée de main. En ce qui concerne l’ouverture de consulats au Sahara occidental, je ne les considère pas personnellement comme un obstacle, ils contribuent plutôt à ouvrir le territoire aux diplomates et aux observateurs du monde entier et, au cas où une solution de compromis serait trouvée, leur présence signifiera plus de garanties internationales. Je voudrais que Laâyoune devienne comme Erbil, où il y a plus de missions diplomatiques qu’à Bagdad.

Aspirez-vous à jouer un rôle plus important au fil du temps dans cette solution ? le MSP vous a-t-il fait prendre des mesures dans ce sens ?

Bien sûr, en tant que force politique indépendante et nouvelle sur la scène sahraouie, nous avons créé un précédent. L’émergence du MSP a introduit dans la société sahraouie la culture du multipartisme qui est si inconfortable pour le Polisario. C’est un projet qui a émergé des entrailles de l’ancien mouvement comme une réponse à son déficit démocratique et à ses erreurs incalculables. Politiquement, nous représentons une tendance plus pragmatique, qui valorise les opportunités tangibles, qui préfère “un oiseau dans la main plutôt que cent dans l’air”.  Idéologiquement, nous aspirons à être les représentants d’un nationalisme modéré, inclusif et tolérant, capable d’unir et d’encourager une grande majorité du peuple sahraoui qui, aujourd’hui, prône la prééminence de la solution réaliste sur le projet utopique et raté du Polisario.  En outre, je pense que nous ne pouvons pas continuer à être dépendants de l’agenda et des rythmes de l’ONU, une organisation qui nous consacre à peine une réunion annuelle et qui est désormais incapable de nommer un envoyé spécial pour réunir les parties.  Il faudra sortir de ce cercle vicieux et opter pour des voies alternatives ou des médiations plus pratiques, moins longues et moins lourdes.

C’est à la partie marocaine de faire un geste et de ne pas se reposer sur ses lauriers. Il est évident que les positions des Etats-Unis, l’ouverture de nouveaux consulats dans le territoire, le désintérêt de l’ONU et de l’UA sont des facteurs nouveaux, mais ils ne sont pas inamovibles et ne remplacent pas, du point de vue de la légalité et de la légitimité internationale, la nécessité d’un règlement mutuellement accepté, juste et durable qui satisfasse la volonté majoritaire des Sahraouis et détermine le statut définitif du territoire.Hach Ahmed Baricalla

L’ancien président Zapatero a parrainé le mouvement lors de son congrès fondateur. Même le nationalisme basque, par la voix d’Aitor Esteban, a adouci sa position. Sommes-nous face à un changement de paradigme dans la vision du conflit en Espagne, toujours politiquement proche de la thèse du Polisario ?

Je ne pense pas que le concept de paradigme puisse être appliqué à la position espagnole sur le problème du Sahara occidental, du moins en termes de consensus politique. L’approche humanitaire et l’engagement de la société civile en faveur des réfugiés sahraouis est tout autre. Les deux principaux partis politiques qui alternent au pouvoir, PSOE-PP, ont une position similaire. Tous deux considèrent que la responsabilité espagnole a cessé en 1975 et que les relations avec le Maroc sont définies par des intérêts et des raisons d’État inaltérables.  D’autre part, les relations et les contacts avec le Polisario ont toujours été discrets.

Quant à l’ancien président Zapatero, ce n’est pas la première fois qu’il se montre en faveur du dialogue et d’une solution de compromis au conflit du Sahara occidental. Je rappelle que pendant son mandat de Premier ministre espagnol, il a entrepris des démarches auprès des parties concernées pour ouvrir un canal de négociation, une initiative qui, si j’ai bien compris, avait initialement reçu l’approbation du président algérien de l’époque, M. Bouteflika. Ce dernier s’est ensuite retiré. L’expérience, le prestige et les autres références de M. Zapatero en tant qu’homme d’État et médiateur font que ses suggestions et opinions ont une grande valeur pour tout observateur ou analyste qui se respecte. Il est évident que son adhésion à l’approche et à la stratégie de notre Mouvement est un grand soutien moral et politique.

Je ne suis pas non plus surpris par la nouvelle position du PNV et les recommandations publiques de son porte-parole au Congrès, conseillant au Polisario de faire preuve de flexibilité et de réalisme. C’est un exercice de cohérence de la part d’Aitor Esteban. Il s’est contenté d’exprimer son opinion à partir du bon sens et de la sagesse qui caractérisent le nationalisme du PNV. Il est une grande référence pour notre mouvement.

Nous sommes en 2021, année des élections au Maroc où seront élus les représentants locaux et régionaux au Sahara. N’y a-t-il pas une certaine envie saine que certains Sahraouis puissent voter, alors que d’autres en sont privés par l’éternel système de parti unique qui règne à Tindouf ?

Personnellement, ce qui me fait le plus envie, c’est de voir comment d’autres sociétés grandissent, se développent et progressent dans des situations normales, alors que notre peuple, notre peuple, souffre depuis un demi-siècle dans l’incertitude d’un exil sans fin, survivant dans des conditions extrêmes, au milieu d’un tunnel sans issue.

Cela fait tout juste 45 ans que l’Espagne a quitté le territoire. Aux Canaries, en particulier, malgré le soutien politique que le Polisario y conserve, on se souvient encore des attaques contre les bateaux de pêche canariens et des victimes qu’elles ont laissées derrière elles. Quelle est la solution pour refermer ces plaies encore ouvertes ?

Je comprends parfaitement la douleur et le malaise que ces malheureux attentats ont générés au sein de la société et des familles canariennes. Je ne vois aucune différence entre ces blessures et celles subies par des centaines de Sahraouis innocents qui ont péri victimes de la répression dans les prisons du Polisario. Ces blessures sont difficiles à guérir et à oublier. Il faut au moins faire un mea culpa et présenter des excuses. Il pourrait s’agir d’un premier geste.Hach Ahmed Baricalla

En ce qui concerne les éventuelles violations des droits de l’homme, en Espagne, on parle beaucoup de cette question au Sahara, mais ce qui se passe dans les camps de Tindouf tend à passer inaperçu. Cette question est-elle toujours en suspens ou est-elle passée sous silence par les différents acteurs impliqués ?

Comme je l’ai dit précédemment, le Polisario a encore des comptes à régler, non seulement avec la démocratie, mais aussi avec les droits de l’homme. En Espagne, ses groupes de soutien ferment les yeux sur cette situation. Cette attitude est typique des groupes et individus de gauche radicale qui pullulent et contrôlent le mouvement de solidarité espagnol. C’est typique des gens ” progressistes “. Lorsqu’ils collaborent avec des organisations et des pays étiquetés comme révolutionnaires ou anti-impérialistes, ils ont tendance à ignorer, voire à couvrir, les méfaits et les outrages commis par leurs “amis révolutionnaires”. Je me souviens même qu’une association de défense des droits de l’homme, qui coopère depuis longtemps avec le Polisario, n’a pas voulu s’impliquer dans la protection des militants et des blogueurs enlevés par le Polisario à l’été 2019.

Afin de ne pas tomber dans des positions partiales ou sans impartialité, je dois dire que l’autre partie, le gouvernement marocain, a également des comptes à régler avec les droits de l’homme.  Dernièrement, des images regrettables ont circulé sur les réseaux et sur certaines chaînes de télévision. Je trouve répréhensible que les autorités de Boujdour aient déployé une énorme force de police pour bloquer la maison d’une femme âgée juste parce que l’une de ses filles est une indépendantiste, une terroriste ou tout simplement une personne espiègle. Ce sont des moyens qui ne font que générer des tensions, conforter les idées et les visions radicales, et placer dans une position inconfortable ceux qui défendent la voie pacifique et l’issue honorable. Un autre cas qui nous concerne est celui des prisonniers de Gdeim Izik. Pour eux, nous demandons une amnistie. Ce serait un geste humanitaire d’une grande magnanimité, qui aiderait les planètes à s’aligner en faveur d’une solution de compromis et d’une paix durable.

Dans la lignée de la question des droits de l’homme, votre visage le plus connu, Aminatou Haidar, est devenu un acteur politique en créant l'”Initiative sahraouie contre l’occupation marocaine”. Dans quelle mesure l’émergence de votre MSP a-t-elle joué un rôle dans la création de cet organe et quelle est votre opinion à son sujet ?

L’émergence du MSP a bouleversé la scène politique sahraouie. C’est ce qui a conduit le Polisario à perdre ses nerfs et à commettre l’absurdité d’El Guerguerat et la rupture subséquente du cessez-le-feu. Elle a également précipité la scission du CODESA et la création d’une entité politique “sans queue ni tête” qui me semble difficile à intégrer dans un système de parti unique comme celui du Polisario.  La panique semble s’être installée lorsqu’une nouvelle force politique sahraouie a émergé, favorable à la voie pacifique, et prête à concurrencer l’ancien mouvement en lui contestant, dans une démocratie, sa représentativité.

Hach Ahmed Baricalla

D’autre part, vous avez récemment dénoncé l’ingérence du CEAS Sahara dans le débat interne sahraoui en raison de sa critique de la SPM. Prévoyez-vous une stratégie de communication avec la société civile espagnole en particulier, et notamment avec la société civile canarienne, pour soutenir la démarche de MSP ?

En effet, l’interférence dans le débat interne sahraoui par des personnes venant de l’autre côté de la barrière et qui n’ont qu’une idée vague et superficielle du problème nous semble un non-sens. Certains militants confondent la solidarité avec le concept de charité et de protection des “communautés primitives”, semblable au rôle des “protecteurs des Indiens” de l’époque coloniale en Amérique. Ce sont des personnes qui ont fait carrière à travers le Polisario et des projets humanitaires et d’aide aux réfugiés sahraouis. Leurs activités sont héritées, à la japonaise, de père en fils comme une profession ou un “hobby”.  Le Polisario les utilise et ils se prêtent, pour des raisons inavouables, au dénigrement de leurs adversaires politiques. Ils s’érigent en champions de la démocratie et des libertés, mais ils sont incapables de se mettre à la place de leurs “protégés” lorsqu’ils revendiquent ces valeurs pour eux-mêmes.  Ils devraient montrer un peu de respect pour les préoccupations, les sentiments et les malheurs des gens. Le MSP n’a aucune objection à engager un dialogue avec ces personnes. J’espère qu’ils auront l’esprit démocratique pour le faire. Lorsque la pandémie se dissipera, nous devrons transmettre le message et expliquer la vision du MSP à la société espagnole et à la société canarienne en particulier.

Enfin, alors que les restrictions de mouvement se multiplient dans les camps, que la pandémie fait rage et que les tensions de la guerre remontent à la surface, quels mots avez-vous pour les Sahraouis qui endurent stoïquement les difficultés de la vie quotidienne à Tindouf ?

Nous sommes conscients de la dureté de la vie dans la Hamada algérienne. Nous y enterrons nos parents, nos frères et nos amis.  Nous espérons qu’il n’y aura plus de morts dans cette guerre absurde. Notre message est un message de calme et de confiance en l’avenir. “Et l’avenir – comme le disait Antoine de Saint Exupéry – ne consiste pas à le prévoir, mais à le rendre possible.  Le Mouvement Sahraoui pour la Paix y travaille.

Partager sur les réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.