Litige sur le Sahara occidental : « Le Polisario veut continuer à imiter la Corée du Nord au 21ème siècle

Partager sur les réseaux sociaux
Traduction Atalayar

En dialogue avec Hach Ahmed Bericalla Clara Riveros

Un dissident est quelqu’un qui est en dissidence, qui se sépare d’une doctrine, d’une croyance ou d’une conduite. Une expression de maturité, d’éthique et de responsabilité individuelle ? La dissidence des individus qui ont fait partie de mouvements révolutionnaires offre divers exemples notables de cette transition individuelle qui implique une rupture avec une idéologie totalitaire et le renoncement à combiner toutes les formes de lutte. Il y a quelques semaines, une nouvelle plateforme sahraouie est entrée en scène, se détachant du Front Polisario et rompant avec ce modèle totalitaire. Dans son communiqué fondateur, le Mouvement Sahraoui pour la Paix (MSP) a intégré des mots tels que diversité politique, multipartisme, développement, modernité et 21ème siècle. L’utilisation de ces termes corrobore la distance que les membres du MSP ont prise par rapport à la doctrine, aux croyances, à la conduite et aux pratiques du Front Polisario. Le temps montrera si cette nouvelle plateforme peut également influencer le dépassement de cette conception tribale unanime – toujours présente dans la communauté sahraouie – pour avancer dans la construction d’une société civile démocratique qui intègre dans sa vie quotidienne et dans son lexique le respect de la diversité et de la différence, de l’individualité, de l’individu et du citoyen, des libertés individuelles et de l’universalité des droits de l’homme contre la tendance dominante et persistante de l’absorption de groupe.

Renoncer au totalitarisme n’est pas non plus un processus facile ou simple. La preuve en est qu’il existe des dissidents du Front Polisario qui restent sur le territoire algérien et qui subissent les rigueurs du Polisario. Ils sont souvent victimes de harcèlement, de menaces et de disqualifications, comme l’a indiqué le MSP dans un nouveau communiqué. Pendant ce temps, les militants, activistes et sympathisants du Polisario accusent les dissidents d’être des « traîtres », ce qui renforce leur caractère et leur absurde prétention à incarner la seule représentation légitime de la population du Sahara occidental dans son ensemble. Une affirmation qui n’est certainement pas fondée et qui ignore délibérément la complexité de ce litige. Cette semaine, nous nous sommes entretenus avec la première autorité du MSP pour connaître sa lecture de la controverse territoriale du Sahara occidental, ainsi que ses souvenirs, sa trajectoire de vie, sa dissidence du Polisario et sa position actuelle au sein du MSP naissant. Le secrétaire du Mouvement sahraoui pour la paix a déclaré ces dernières semaines qu’il est temps de mettre fin au mythe du Polisario en tant que « seul » représentant des Sahraouis et que « le temps des partis et des pensées uniques est derrière nous […] depuis le siècle dernier, les controverses politiques se règlent dans le calme et le respect et par les urnes ».

Quel est votre nom ? Où êtes-vous né et où avez-vous grandi ? 

Je m’appelle Hach Ahmed Bericalla. Je suis né dans la ville de Dakhla (ancienne Villa Cisneros de la période espagnole. Je suis le cadet d’une grande famille (six garçons et une sœur). J’ai grandi dans cette ville, bien que j’aie marché avec ma famille à travers plusieurs villes de l’intérieur (Auserd, Argub, Tichla, etc.) en suivant le destin de mon père qui était membre de l’armée espagnole (Troops Nomads).

À quelle famille et à quelle tribu appartenez-vous ? 

J’appartiens à la tribu saharienne. C’est un tout petit village, à peine de la taille d’une tribu.

Comment avez-vous passé votre enfance et votre jeunesse ? 

Ce dont je me souviens le plus de mon enfance, ce sont les voyages en convois et les premiers apprentissages dans les écoles rattachées aux installations des postes militaires. J’ai passé ma jeunesse entre Dakhla – où j’ai commencé l’école secondaire – et Laayoune – où je suis allé poursuivre mes études secondaires lorsque mon asthme m’a empêché d’aller dans le sud à cause du temps. Les crises d’asthme ont été très intenses. La seule chose à laquelle mon frère aîné pouvait penser pour soulager mon asthme était de m’emmener d’urgence dans le désert, dans un climat sec. D’où mon amour particulier pour le désert. Pendant les vacances d’été, certains de mes camarades de classe et de mes amis se vantaient d’avoir voyagé dans les villes espagnoles, sur les plages, dans la civilisation, et moi je me vantais de mon expérience dans le désert. J’ai fini par convaincre mon frère Bujari qu’il commençait ses études de droit à Tenerife à cette époque. Pendant les vacances de Noël et d’été, nous organisions des séjours plus ou moins longs dans le désert. La tranquillité a été interrompue en 1975.

Et où se trouve votre famille ? 

Ma famille, à l’exception de mon frère aîné, se trouve dans les camps de Tindouf. J’y ai enterré mes parents et trois de mes frères. 

Vous êtes l’un des fondateurs du Front Polisario ? Comment, quand et pourquoi l’avez-vous rejoint ? 

Non, je ne suis pas du tout un fondateur du Polisario, loin de là. Mes premiers contacts avec les idées révolutionnaires datent de l’époque où j’étais lycéen dans la ville de Dakhla. C’était une génération qui venait de réaliser que la rébellion, avec ou sans cause, était à la mode. Dans mon cas et dans celui de nombreux camarades, nous avons embrassé la cause révolutionnaire du Polisario. Même lorsque nous manquions des cours et que nous nous battions avec les professeurs d’espagnol, nous les comptions comme des actes révolutionnaires. Nous avons cessé de fréquenter les discothèques et les sauteries et nous nous sommes consacrés à une activité nocturne unique : peindre les murs avec des slogans contre la présence coloniale espagnole et en faveur du Polisario.

Pourquoi avez-vous rejoint le Front Polisario ? Que pouvez-vous dire sur votre appartenance, votre parcours et votre dissidence ultérieure de ce mouvement ? 

J’ai rejoint ce processus comme la plupart des Sahraouis lorsque l’Espagne a quitté le territoire et que de nombreuses personnes se sont exilées en Algérie. Toute ma famille, à l’exception d’un frère, s’est installée dans les camps de réfugiés. Après des stages, j’ai commencé à travailler au service de l’information à la fin de 1978. En 1985, j’ai rejoint le service extérieur. À la fin de 1986, j’ai pris en charge les relations avec l’Espagne. Je suis resté dans le service diplomatique jusqu’à la fin de 2011, où j’ai repris le portefeuille de la coopération pendant six mois avant de démissionner. J’ai ensuite repris mon travail précédent jusqu’en 2015, date à laquelle mon éloignement de la direction du Polisario a commencé à la suite d’une lettre que j’ai publiée à l’occasion du 14e Congrès. En 2017, avec un groupe de cadres civils et militaires, nous avons formé l’Initiative sahraouie pour le changement en tant que courant politique interne. Après le 15ème Congrès, tenu en décembre 2019, constatant que toute tentative de changement de l’intérieur était impossible, nous avons entamé un processus de réflexion et de débat qui a abouti à la constitution du Mouvement Sahraoui pour la Paix, le 22 avril dernier.

Quelles étaient vos motivations pour entreprendre la lutte révolutionnaire et quelles étaient vos motivations pour abandonner cette voie ? 

Il n’y a pas grand-chose que je puisse révéler, si ce n’est que j’ai, comme beaucoup de Sahraouis, consacré toute mon énergie à cette lutte à laquelle je me suis consacré corps et âme. Ma déception a été monumentale lorsque j’ai découvert que tout cela ne ressemble pas à de l’or. Je me suis rendu compte que lorsque, dans le cadre de mes activités à l’étranger, je m’efforçais de collecter de l’aide pour les réfugiés, certains cadres et dirigeants du Front Polisario en profitaient, achetant ou construisant des manoirs et s’autorisant un style de vie et des privilèges qui n’avaient rien à voir avec le mode de vie d’un guérillero. Il a vu comment les meilleures carrières, en particulier celles très lucratives dans le domaine de la médecine, étaient réparties entre les fils et les filles des dirigeants politiques et leurs proches, car leurs familles vivaient à l’étranger ou dans des bulles loin des réfugiés.

« La goutte d’eau qui a fait déborder le vase » a eu lieu lorsque j’ai découvert, il y a un peu plus d’un an, les horreurs des prisons secrètes du Polisario grâce aux témoignages des survivants de cet enfer. J’étais curieux de m’entretenir directement avec eux et de contraster la cohérence et la véracité des témoignages. 

Comment est-il possible que les membres du Polisario ne soient pas au courant de ce qui se passe dans les camps algériens gérés par le Polisario ? De nombreux dissidents ont raconté des histoires douloureuses et terrifiantes sur la cruauté perpétrée par la direction du mouvement qui leur a promis la libération et qui a en fait soumis cette population à de grandes souffrances et à de grandes difficultés ?

Toutes les horreurs, qui ne sont pas peu nombreuses, ont été installées dans mon esprit comme un fait qui dépasse toute fiction : le cas de la petite Safia, une fille entre 9 et 13 ans, selon le témoignage, est une histoire d’horreur qui ne peut être racontée au public, même pas pendant les heures d’ouverture aux adultes. 

Un autre cas qui m’a marqué est celui de deux frères, amis d’enfance avec lesquels nous avons joué au football lors de mes séjours sporadiques à Auserd, l’un des destins de mon père. Il s’agit de Kbiri et Alali. Ils étaient les fils d’un homme qui me rappelait, par ses ressemblances, le roi du pont espagnol. Il se distingue par sa robe traditionnelle et son turban « nila », un tissu qui teint la peau en bleu. Il s’appelait Ahmedu Uld Aleya. J’ai toujours à l’esprit ce grand monsieur dont la personnalité pourrait se résumer à des concepts tels que l’élégance, la patience et la sagesse.

Depuis que j’ai vu un chapitre de la saga du Seigneur des Anneaux, je l’ai associé au personnage de « Gandalf ». Je me souviens qu’il parlait et prenait le thé avec mon père. Eh bien, ces deux frères, contrairement à ce que je pensais, n’ont pas émigré en Mauritanie. Ils ont décidé de partir, comme tout le monde, avec leur peuple en exil et ont rejoint les rangs du Polisario en tant que combattants. Le major Kbiri a été arrêté dans les zones militaires, à une date que nous avons pu préciser, sur la suspicion d’être « infiltré » ou « ennemi ». Il est resté pendant des années dans la prison de Rashid sans que personne ne sache rien de lui, pas même son jeune frère. Des amis pensaient qu’il était mort dans un combat. Des années plus tard, le plus jeune frère, Alali, devenu combattant très jeune, a également été arrêté sur les mêmes soupçons alors qu’il se trouvait dans les camps, en train de guérir d’une blessure de guerre. Les deux frères, a-t-on appris, ont été réunis en prison. Le frère aîné y est mort peu après les retrouvailles, à la suite de tortures et de mauvais traitements. Le plus jeune a été libéré des années plus tard, grâce au soulèvement de 1988, avec des stigmates physiques et psychologiques qui ont finalement mis fin à sa vie. Il a été enterré avec les marques du Polisario sur le dos marquées au fer rouge. J’ai découvert que mes amis d’enfance, que je n’avais jamais vus depuis notre enfance, ont été arrêtés simplement pour leur appartenance à une tribu « étrangère », selon les catalogues ethniques en vigueur au Polisario.

Un autre cas qui m’a touché de manière très particulière est celui de deux collègues fantastiques. Abdelaziz Heidala et Mohamed Musa uld Chaga el Mojtar. La première était très plaisante et enjouée. Je me souviens de lui à cause des verres épais de ses lunettes. L’autre garçon était un exemple de sérénité et d’éducation. On pouvait à peine entendre sa voix quand il parlait et il souriait toujours. Nous avons travaillé ensemble pendant plusieurs mois et soudain, ils sont partis en théorie pour remplir une « mission ». On a finalement découvert qu’ils figuraient sur la liste des personnes tuées dans la prison de Rashid. Parfois, je peux imaginer la douleur qu’ils ont dû endurer, surtout Mohamed Musa, un petit garçon, sans muscles et apparemment fragile. Tous ces faits et révélations m’ont marqué.

Ils m’ont fait changer substantiellement mon engagement envers le Polisario. Le fait que les auteurs de ces crimes restent au pouvoir, jouissant d’une totale impunité, m’a fait perdre tout espoir de changements éventuels.

On sait peu de choses sur la question du Sahara occidental en Amérique latine et dans la société espagnole, il semble que la version du Front Polisario ait été installée avec succès, mais on ne dit rien ou presque de tout cela que vous avez décrit… 

Je pense que l’Espagne, en raison de ses liens historiques avec les Sahraouis et l’Amérique latine, en raison de ses liens culturels, devrait s’impliquer davantage dans le sauvetage des Sahraouis et les aider à sortir du tunnel.

Comment expliquez-vous la durée de cette controverse sur une si longue période ? 

C’est certainement un problème qui dure depuis longtemps. Il est devenu depuis longtemps un conflit oublié, de faible intensité, qui ne préoccupe guère la communauté internationale. Le maintien du statu quo est mortel pour le peuple sahraoui. Il n’y a pas de problème comme celui-ci qui importe si peu à l’opinion publique mondiale aujourd’hui. Et ceux qui ont le plus souffert et continuent de souffrir sont les civils, femmes et enfants, qui vivent depuis un demi-siècle dans des camps de réfugiés et dans un désert où la vie leur est presque impossible. Cela vaut la peine de se battre pour changer enfin le destin de notre peuple.

Je comprends que vous et des dizaines de Sahraouis promouviez aujourd’hui une lutte pacifique depuis la plateforme émergente du Mouvement Sahraoui pour la Paix (MSP). Il semblerait que dans la déclaration de principes et d’intentions, vous vous soyez opposé à toute forme de dictature. Est-ce vrai ?

C’est le début d’une nouvelle voie et d’une proposition politique modérée et équilibrée qui vise à secouer le tableau et à générer des attentes et des espoirs chez les Sahraouis pour une issue honorable qui mettra fin à cette longue épreuve. Plus que la rupture avec la dictature et la confrontation avec la direction du Polisario, nous avons décidé de lancer une initiative basée sur le bon sens et une seule préoccupation : sortir notre peuple du trou noir. Il est souhaitable que le Polisario, comme il se doit, commence à s’habituer à coexister avec d’autres idées et d’autres courants politiques et, au lieu de se retrancher dans des positions insoutenables, nous accompagne dans la recherche de la paix et de la tranquillité pour notre peuple. Que nous commencions tous à déployer nos efforts pour la reconstruction et le bien-être de notre peuple et non pour la construction de nouvelles tranchées et fortifications.

Quel poste occupez-vous au sein du MSP ? 

Jusqu’au Congrès qui aura lieu dans 23 mois au maximum, je coordonne un gestionnaire sous le poste de premier secrétaire. Il s’agit d’une étape transitoire où l’effort consiste à mettre en œuvre le Mouvement au sein de la population et à le faire connaître à l’étranger.

Quel a été le moteur de la création du MSP ? 

La proposition est née après avoir perdu tout espoir quant à la possibilité d’exercer une influence au sein des rangs du Polisario. Nous voulions croire que le Polisario était plus qu’un simple parti politique et une direction autoritaire, mais nous n’avions pas d’autre choix que de nous résigner et d’assumer la réalité telle qu’elle était. Après trois ans d’efforts pour s’organiser et agir de l’intérieur, nous avons réalisé que c’était une mission impossible, surtout après la répression et la persécution des trois militants de l’Initiative sahraouie pour le changement. Le 15e Congrès du Polisario a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

Pourquoi le MSP peut-il être cette alternative nécessaire et démocratique face au Front Polisario ? 

Premièrement, parce qu’il est le fruit des erreurs du Polisario. Et deuxièmement, parce qu’il rassemble de nombreux cadres indigènes qui ont déjà eu une longue carrière dans les activités militaires et civiles. Il a été conclu qu’il était nécessaire d’arrêter le voyage vers nulle part que le Polisario mène et de chercher une issue honorable et digne pour notre peuple. C’est une rébellion contre les effets néfastes d’un nationalisme extrême qui n’a plus sa place dans notre monde et qui, dans le cas d’une petite ville comme la nôtre, peut provoquer son extinction pure et simple. Les dirigeants ne peuvent pas mener leurs peuples à partir de bulles d’où ils voient la réalité de loin. Ils ne peuvent pas se cacher en permanence derrière un discours politique théorique, adopter les codes des samouraïs et être insensibles à la douleur et aux difficultés de leur peuple. Ils doivent avoir la capacité et le courage de reconnaître leurs propres erreurs, de parler sincèrement à leur peuple afin de sauver ce qui est encore possible.

Pourquoi le MSP peut-il être ce troisième acteur pour – être pris en compte dans les négociations et les tables rondes qu’elles promeuvent – une solution négociée et consensuelle avec une perspective viable et réaliste qui mette fin au différend territorial au Sahara occidental et à la souffrance de la population qui – dans certains cas volontairement et dans d’autres retenus – reste dans les camps du Polisario en territoire algérien ? 

Parce que nous constatons un grand écart entre les positions connues jusqu’à présent. Nous pensons qu’il y a suffisamment de place pour une proposition intermédiaire ou une formule de compromis que les parties n’osent pas aborder de peur de rompre le « lien infini ».  À partir de nos nouveaux postulats et approches, nous voulons donner une cohérence à ce qui commence à être connu comme un nationalisme modéré, sensible et coexistant. Je pense que les clés du règlement résident dans ce type de proposition.

Vous avez indiqué que le MSP est composé de plus de 100 personnes, cadres, ex-fonctionnaires, anciens hauts responsables du Polisario qui, on le suppose, jouissent d’une visibilité et d’une crédibilité auprès de la population sahraouie, au Sahara occidental, mais aussi à Tindouf : Est-il probable que dans un délai raisonnable, ils apporteront un soutien décisif, même parmi les Sahraouis les plus réticents ? 

En trois semaines d’existence du Mouvement, le nombre de membres a déjà triplé. Le plus frappant est que la majorité sont des jeunes, des étudiants ou des diplômés universitaires.

Comment allez-vous résister aux attaques du Front Polisario, ainsi qu’à celles de ses alliés et promoteurs en Afrique et en Amérique latine (Algérie, Afrique du Sud, Cuba ou Venezuela) qui chercheront à diminuer votre influence lorsque vous tenterez de convaincre la communauté internationale, les médias internationaux, les Nations unies, l’unité africaine et le Conseil de sécurité ? 

Nous sommes déjà au centre d’une offensive majeure. La réaction a été brutale. En fait, une campagne très intense a été déclenchée. La manipulation, la désinformation et la diffamation sur les réseaux sociaux ont été à l’ordre du jour. Cependant, les amis du Polisario ne peuvent ignorer qu’il s’agit d’un débat interne qui doit être respecté, tout comme ils l’exigent pour eux-mêmes. Indépendamment des affrontements dans les médias, ce qui compte pour nous est de sortir notre peuple du tunnel, de lui offrir une période de paix, de tranquillité, de bien-être et de dignité. Le reste est accidentel et passera comme une tempête d’été. Nous frapperons à toutes les portes. Nous avons déjà envoyé des lettres au Secrétaire général des Nations unies et aux pays concernés tels que le Maroc, l’Algérie, la Mauritanie. Nous enverrons également à la direction du Polisario un appel à la coexistence et au respect en tant qu’éléments d’un même spectre politique dans une société démocratique.

Que s’est-il passé et qu’est-ce qui a mal tourné avec l’Initiative sahraouie pour le changement qui a été à l’origine de la dissidence sahraouie ces dernières années et qu’est-ce qui empêchera que quelque chose de similaire se produise avec le MSP ? 

La seule chose qui s’est produite, c’est que la plupart d’entre nous ont réalisé, bien que pour certains ce ne soit pas une surprise, qu’il était impossible de changer de l’intérieur d’un parti politique autoritaire, ancré même dans les environnements idéologiques antérieurs à la chute du mur de Berlin. Ils ont fermé toutes les portes dont les clés étaient entre les mains des dirigeants et nous sommes allés en ouvrir une autre, hors de leur portée, celle de la démocratie. Nous avons simplement créé un parti politique différent et c’est aussi correct que normal dans une société démocratique. Le Polisario veut continuer à imiter la Corée du Nord au XXIe siècle.

Un citoyen chilien a commenté sur les réseaux sociaux que le MSP est en train d’être formalisé deux ans après le rétablissement des relations de Cuba avec le Maroc tout en interprétant que la plupart des signataires du MSP ont un profond respect et une grande admiration pour le régime cubain. La relation entre les événements et les acteurs évoqués par l’internaute dépasse mon entendement. Cuba a-t-elle quelque chose à voir avec l’émergence du MSP ? Cuba, régime totalitaire emblématique, serait-elle le modèle politique que le MSP envisage d’imiter ? 

Elle n’a rien à voir avec l’émergence du MSP. Quant au modèle politique, nous n’avons pas encore défini les orientations politiques et idéologiques du Mouvement. Il existe une commission qui travaille et prépare des projets pour le Congrès. Personnellement, je suis enclin aux modèles déjà expérimentés de nationalisme modéré et aux idées de ses figures les plus marquantes, des dirigeants basques comme feu Xavier Arzallus ou Juan Mary Bandrés que j’ai connu personnellement ou le Kurde Masoud Barazani.

Lien vers le dialogue dans le journal ATALAYAR
Partager sur les réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *